Archive | janvier, 2012

Peut-on vraiment parler d’inégalités hommes-femmes ?

10 Jan

le combat féministe

Publicités

Pour introduire …

5 Jan

Des origines…

« Si la femme était bonne Dieu en aurait une » a dit Sacha Guitry (1885-1957), comédien et dramaturge français.

C’est là que prend racine les origines des inégalités hommes-femmes, on pourrait reprocher à la religion la discrimination exercée sur les femmes. Dans l’histoire d’Ève et d’Adam, Adam dit à Dieu à propos du fruit interdit : « C’est la femme que tu as mise auprès de moi qui m’en a donné » et Dieu la condamne en annonçant qu’elle serait gouvernée par son mari et ainsi elle subira une différence qui la désavantage, une inégalité, par rapport aux hommes. De là, né le complexe d’Adam qui est le fait que l’homme reporte ses responsabilités sur les épaules des femmes, il dira : « Ce n’est pas moi, c’est la faute à la femme ».  Dans le catholicisme ancien, la femme est considérée comme l’origine des péchés et des malheurs qui s’abattent sur l’humanité.

« Elle est la voie d’accès du Diable » a dit Tertullien (150-220), écrivain et figure emblématique de la communauté chrétienne de Carthage.

Les enseignements chrétiens apprenaient aux femmes qu’elles devaient soumission et obéissance à leur mari, en s’appuyant sur les paroles de Paul l’apôtre : « L’homme est le chef de la femme » (Nouveau Testament, 1Corinthiens 11:3).

Or « toutes les religions ont été abordées et renforcées par les hommes » selon Ghassan Ascha dans son livre L’Harmattan. Donc ce sont les hommes les véritables instigateurs de cette inégalité qui les avantage.

Des différences …

« L’égalité n’est pas la négation de la différence » selon Hélène Perivier, économiste à la fondation nationale de sciences politique.

En effet, femmes et hommes sont anatomiquement différents ; mais cela ne peut expliquer ou justifier les inégalités sociales entre hommes et femmes.

Cette discrimination féminine n’a donc pas lieu d’être.

Que pensent les gens des inégalités hommes-femmes ?

3 Jan

 

Vidéo réalisée à l’aide des différents témoignages que nous avons recueilli

– 100 % des personnes interrogées sur cette vidéo pensent que les inégalités

hommes-femmes existent, et qu’elles sont toujours d’actualité.

– Il a été difficile en revanche de répondre à la question « Qu’est ce qu’une femme pour vous ? »

mais nous avons tout de même obtenu des réponses intéressantes.

Plan

2 Jan

I-Une discrimination féminine omniprésente

  1. Mondiale et nuancée
  2. Accentuée au travail
  3. Subie inconsciemment

II-Évolution de la situation des femmes

  1. Structures mises en place pour une meilleure condition des femmes
  2. La féminisation
  3. Vers une égalité entre hommes et femmes ?

I-Une discrimination féminine omniprésente

2 Jan

La discrimination féminine (le traitement différent envers les femmes) peut être considérée omniprésente car on la retrouve partout.
Il est présent à l’échelle mondiale même s’il existe des nuances entre les différents pays.
Tout les domaines sociaux sont concernés, et plus particulièrement le travail.
On peut dire également que toutes les femmes sont victimes de cette discrimination malgré le fait que certaines n’en sont pas conscientes, la discrimination est alors subie inconsciemment.

1. Une discrimination mondiale et nuancée

1 Jan

Suite à la lecture de la Lettre de l’UNICEF de mars 1996, on ne peut que s’insurger devant de telles violences à l’encontre des femmes dans certains pays.
La sélection prénatale est très pratiquée dans certains pays d’Asie au nom d’une culture qui valorise les garçons. Des cliniques spécialisées en Inde se vendent en disant : « Il vaut mieux dépenser 38$ tout de suite que 3 800$ pour une dot ». Les infanticides sont, eux aussi, répandus en Inde. D’ailleurs, le démographe de l’université de Princeton, Ansley Coale a estimé ce « génocide sexuel » à 60 millions de femmes.
Quand à l’Afrique subsaharienne et certains pays de Moyen-Orient, ils pratiquent des mutilations sexuelles présentées comme un rite d’initiation pour entrer dans le monde des femmes. Ainsi la force de la tradition fait subir à des millions d’entre elles ces « opérations » douloureuses qui seront la cause de souffrances tout au long de leurs vies car dans leur esprit, seules les femmes excisées, et donc « pures », trouveront un mari.
Mais les violences à l’encontre des femmes ne sont pas exclusivement présentes dans les pays sous-développés.
Par exemple, toujours selon la Lettre de l’UNICEF, on estime qu’aux États-Unis et aux Pays-bas un tiers des femmes ont été victimes d’abus sexuels dans leur enfance.

« Même dans les pays développés, l’égalité entre les sexes n’est pas atteinte. » déclare Le Monde.

La discrimination féminine ne connaît pas de frontières.
En effet, elle est présente dans le monde entier. Néanmoins, selon les régions du monde, nous pouvons noter des nuances.

Des pays comme la Suède, le Danemark et la Finlande tendent vers une égalité des sexes. La Suède est classée première parmi les pays les moins discriminants envers les femmes, là où la France se classe 51° et où le Yémen est dernier. 70,5% des suédoises, 70,8% des danoises et 67,4% des finlandaises de 15 à 64 ans sont actives contre 56,4% des européennes et 57,9% des françaises.
Même si la France est plutôt bien positionnée à l’échelle mondiale, il lui reste des efforts à faire pour rattraper certains pays européens très avancés dans le combat pour  l’égalité des sexes.